[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

Jangan Pandang Belakang Boleh?; One for One; The Savage Eye; Mekhanicheskaya syuita; Alpha Bravo Charlie; A Map of the World; Arî kyatto; Carry On Admiral; Wenn ich einmal der Herrgott wär; Madly; Mamula; Sins of My Mother 2; Sexy Warriors; Araburu tamashii-tachi; Cronache di poveri amanti; (more...)

Allo Berlin? Ici Paris!, Movie, 1932 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Here's Berlin
  • Hallo hallo! Hier spricht Berlin! (Germany)
  • Alo, París (Spain)
  • Allo Parigi, allo Berlino (Italy)
  • Halo Berlin! Halo Paryz! (Poland)
  • 'Allo' Paris? Daqui Berlim! (Portugal)

Watch or buy this title - Powered by JustWatch

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-05-02 02:33

[Image: duvivier32allo001.jpg]
est un film bilingue franco-allemand de Julien Duvivier adaptant lui-même un roman de Rolf E. Vanloo.

Ce n'est pas son premier film parlant (il avait signé l'année précédente David Golder avec Harry Baur, puis l'ahurissant Les cinq gentlemen maudits—dont l'unique véhicule attend toujours sa carte d'identité !).

Après le grand mélodrame et le film d'aventures exotique, Duvivier aborde ici le ciné-roman, roman-photo qui bouge, quoi, tout en poursuivant ses recherches formelles et en multipliant les exploits de montage et d'édition, pour des gags le plus souvent, mais pas seulement.

L'histoire est simple mais savamment menée : une jeune téléphoniste parisienne, Lily (Josette Day) tombe un peu amoureuse mais à distance d'un jeune téléphoniste berlinois, Erich (Wolfgang Klein, qui mourra en Roumanie en 1944 sans que j'en sache plus sur lui). Ils se donnent rendez-vous à Paris. Elle l'ignore mais lui ne peut venir le dimanche. Son mauvais camarade Max (Karel Stepanek) prend sa place et se conduit comme un mufle avec la pauvre Lily, bien déçue. Pendant ce temps, Annette (Germaine Aussey) collègue et pensait-on, amie de Lily, informée du retard d'Erich, vient cueillir ce dernier à la gare le lundi matin, et essaie de le prendre dans ses filets (car c'est une gourgandine). Le romantique Erich — qui se croit face à Lily — est choqué par son attitude mais va céder lorsque l'amant d'Annette, Jacques Dupont (Charles Redgie, cf note en commentaire sur son cabriolet), fait irruption dans la chambrette où Erich s'est caché. Dupont rompt avec Annette qui s'en fout…

Fin de la première époque, non sans qu'on ait vu les soirées respectives des deux couples et le contraste des lieux qu'ils fréquentent — Lily emmenant Max, qu'elle prend pour Erich, au Lapin à Gill, tandis qu'Annette essaie de dessaler Erich au Bal Nègre — et suivi les aventures d'un troisième copain berlinois venu avec Max, Karl (Hans Henninger, à la triste biographie), dont le week-end touristique à Paris archi-raté sert de contrepoint comique et dérisoire, .

La radieuse Lily et la sensuelle Annette,
[Image: duvivier32allo018.jpg]
[Image: duvivier32allo019.jpg]
le romantique Erich et Max le jouisseur,

… et Karl le sombre :
[Image: duvivier32allo022.jpg]

Hélas, le surlendemain, les deux téléphonistes, mécontents l'un de l'autre (à tort, mais ils l'ignorent) se parlent pendant le service, pour rompre… et pour se faire virer par leurs employeurs respectifs (car on n'utilise pas les lignes pour des conversations privées, non mais !). Coup de pot, Jacques Dupont croise Lily et décide de l'embaucher comme secrétaire, lui qui, journaliste, doit filer à Berlin pour la réception d'un chef d'État et se venger ainsi d'Annette, tandis que simultanément, Erich se voit offrir une place de standardiste à l'hôtel Adlon, le grand palace berlinois. Vous devinez la suite. Qui viendra et se conclura par une heureuse résolution non sans moult difficultés charmantes et amusantes.

Par le montage, la rigueur de la narration, la musique, la variété des situations et des ambiances, l'humour et la noirceur, la critique de la société moderne qui pousse à la solitude, par le jeu enfin des acteurs — et la beauté du couple Lily-Max
[Image: duvivier32allo152.jpg][Image: duvivier32allo020.jpg]
(Josette Day a 18 ans, Wolfgang Klein en a 20),
pour toutes ces raisons je tiens ce film pour un très grand Duvivier où on trouve l'auteur tout entier déjà, au contraire de ce qu'en pense mon reviewer préféré d'IMDb, dbdumonteil. J'vais d'ailleurs y dire, à çui-là, tiens.

Very few vehicles here, but the third talkie directed by Duvivier is already a masterpiece —a bilingual one, as it happened quite often in French cinema: people are using their own language —and sometimes an invented language, like in the scene of the 'trans-oceanian' orchestra which announces one of the funniest scenes of Guitry's Les perles de la couronne).

The French actresses and the German actors are good — and their lives are all interesting, in many ways (the two ladies will marry very wealthy men and stop their acting career quite soon, the Germans will know three very different trajectories, each being dramatically shaped by the Nazi arrival in power).

Great inventive editing, arch-efficient pace and tightness of the story telling for this ciné-roman already full of Duvivier's concerns and obsessions.

Don't tell me you don't know Julien Duvivier?!


-- Last edit: 2015-05-02 07:28:11

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising