[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

Teenage Bank Heist; Hausfrauen-Report 4; Sattam; Bei xi mo shou; Succession; Der goldene Handschuh; Snakes on a Plane; 7 Days to Vegas; Imtihan; Zwischen heute und morgen; Missione Wiesenthal; Il complotto di luglio; Absolute Power; The No No Girl; The Death and Life of John F. Donovan; (more...)

Hikinige, Movie, 1966 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Hit and Run
  • Moment of Terror
  • Délit de fuite (France)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-10-24 20:51

Quote

Bon, regroupement de photos, nouveaux choix, re-chronométrage, commentaires par modèle, docte bavardage sur le film (qui mérite qu'on en parle), tout ça est remis à plus tard car à c't'heure, mon ordinateur me rend chèvre.

Merging, new choice of pics, additional images, brilliant review of the movie, all is postponed since my computer makes me crazy.

sixcyl FR

2015-10-25 08:32

Quote

Faut en changer!

Belles photos en tout les cas :king:

DidierF FR

2015-10-26 14:35

Quote

[Image: naruse66hikinige00.jpg]

Au moment de poster la photo-titre, je me souviens que la séquence de générique se déroule sur fond de trafic routier et autoroutier. Il y a donc, sous les idéogrammes, et pendant plus de deux minutes, des dizaines de véhicules identifiables. Amateurs, prenez-en note !

Ceci est l'avant-dernier film de Mikio Naruse (Onna ga kaidan wo agaru toki, Yoru no nagare entre autres, ici même). De ce vétéran (il a signé sa première réalisation en 1930, à l'âge de 25 ans), Jean Tulard dit, citant Govaers, "Naruse a le sourire de l'homme qui souffre". Ici, plus question de sourire. Le désespoir est total.

C'est un drame compliqué par une vengeance : Kuniko (Hideko Takamine) apprend la mort de son fils, son unique raison de vivre, renversé par une voiture (la Caravelle, dont l'apparition, à plusieurs moments du film, fait passer un frisson de crainte et d'horreur, c'est tout à fait épatant) conduite par Kinuko (oui, Kinuko cause le malheur de Kuniko, c'est comme ça, c'est japonais), la riche et spleenétique épouse (Yôko Tsukasa) d'un industriel en pleine guerre de marché (et lutte interne), joué avec toute l'implacabilité nécessaire par Eitarô Ozawa. L'épouse ne dit d'abord rien (d'autant que dans la Caravelle se trouvait aussi son amant, lequel, mais c'est incident, a une grosse envie de rompre avec elle). Puis elle avoue à son mari qu'elle a renversé un enfant en conduisant, et que l'enfant, elle l'a appris ensuite, est mort à l'hôpital. Ni une, ni deux, le mari trouve la parade : c'est à leur chauffeur

[Image: naruse66hikinige24.jpg]
(Yutaka Sada) qu'on fera porter le chapeau. Vous me direz, celui-là a l'habitude de la misère qui frappe le pauvre monde : dans Tengoku to jigoku où il était aussi chauffeur, c'était son fils à lui qui était enlevé, par erreur, à la place de celui du riche industriel que visaient les kidnappeurs.

Bon, le procès a lieu, le chauffeur est condamné à une amende et son permis est suspendu. Hélas, la pauvre Kuniko apprend par un témoin que c'était une femme qui conduisait. Avec l'aide de son yakuza de frère (Toshio Kurosawa), elle enquête et trouve. Elle se fait bientôt engager comme bonne à tout faire chez Kinuko, la tête remplie de plans de vengeance…

L'histoire, à multiples détentes, est excellente, jusqu'au bout. L'interprétation est, disons, inégale, jusque dans le jeu des acteurs principaux, selon les moments.

Ainsi, Toshio Kurosawa et Hideko Takamine

[Image: naruse66hikinige37.jpg]
(elle ayant la part du lion) oscillent entre sur-jeu (un héritage du kabuki ? Il faudra bien que je sache, un jour) quelques fois ébahissant et jeu naturaliste et restreint.

Yôko Tsukasa, quant à elle,

[Image: naruse66hikinige80.jpg]
— (ici avec son mari dans le film, Eitarô Ozawa) — dans la mûrissante beauté de ses 32 ans, a parfois des langueurs antonioniennes.

Mais inutile de faire le malin, DidierF : tu as suivi le film avec attention et intérêt, par-delà la capture d'images de petites autos. C'est donc que le film t'a beaucoup plu, n'est-ce pas ? Oui.

Cela dit, et sans vouloir me pousser du col, les captures ont permis aussi, si j'en crois mes doctes collègues, de mettre à la lumière du jour quelques raretés de chez Daihatsu, Isuzu et même Prince. Tant mieux.

Though the copy was not first rate, some of the captures were good, and rare items. It's another reward, the story told in the movie being the first pleasure taken while watching it.

Horrible drama, involving the death of a child, torments for the mother and for the killeress, vengeance, and slow but sure steps towards insanity.

Very gripping a story, interesting forms used to tell it, and Japanese acting, sometimes at his best (according to my criteria).


[Image: naruse66hikinige99.jpg]

-- Last edit: 2015-10-29 23:53:17

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising