[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

The Hotel New Hampshire; Velvet Goldmine; Varsity Blues; Ben Is Back; Stepmom; Raising Helen; Herbie: Fully Loaded; Suggestionata; Hard Country; Camp; Shakka; Eternal Sunshine of the Spotless Mind; Hvor er liget, Møller?; Gang wan bu ping jing; Fathers & Daughters; (more...)

Sept hommes, une femme, Movie, 1936 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Seven Men, One Woman
  • Sette uomini e una donna (Italy)
  • Una mujer y siete pretendientes (Mexico)
  • Sete Homens... Uma Mulher (Portugal)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-09-04 10:44

Quote

[Image: mirande36-7hommes01.jpg]
est le troisième film d'Anatole Charles Le Querrec dit Yves Mirande, après La merveilleuse journée et Baccara, et c'est à mon avis un film faible — une déception, donc, après les deux premiers, fort réussis dans leur genre.

Tourné aux Studios Paramount de Saint-Maurice et, partiellement, en Sologne — un château, ses cuisines, un couloir à l'étage menant à une foule de chambres, une chasse avec battue, voici qui rappelle furieusement La règle du jeu de Jean Renoir, du moins pour le décor.

L'histoire est celle d'une jeune veuve éplorée (Véra Korène) qui apprend soudain son infortune : le cher disparu la trompait. Elle veut prendre une revanche posthume et se trouver un homme, en l'espèce un mari. (Le caractère revanchard de la chose peut échapper au spectateur neutre.) Elle décide de s'appuyer sur les conseils de son vieil ami, le jeune Brémontier (Fernand Gravey) — car on peut être à la fois jeune et vieil ami…

Cet énoncé suffit, je pense, à vous faire deviner la fin.

C'est un film plutôt ennuyeux, ce qui est la seule chose parfaitement inattendue ici. Seuls les personnages de Gravey et de Pierre Larquey sont développés assez, Saturnin Fabre, Robert Arnoux, voire Jane Loury, Félix Oudart, Maurice Escandé et Roger Duchesne sont gaspillés, ici. De même que la petite bande de l'hôtel fauché, Doumel et Bever. Aucune situation créée n'est réellement exploitée.

Quant à Véra Korène que nous trouvâmes si juste dans Café de Paris, elle est tout simplement pénible, et même assommante lors de la fastidieuse scène de flirt avec Duchesne.

[Image: mirande36-7hommes19.jpg]

Bah, ben voilà : un Mirande raté. Il y en aura d'autres, mais pas avant qu'il ait multiplié d'éclatantes réussites, et ce dès Messieurs les ronds-de-cuir quelques mois plus tard.

Agacement supplémentaire : cinq véhicules sont non-identifiables…

… un camion :

[Image: mirande36-7hommes12.jpg]
[*][*] 00:16:41

… une,

[Image: mirande36-7hommes14.jpg]
[*][*] 00:24:14 (Gravey et Fabre)

… puis deux,

[Image: mirande36-7hommes15.jpg]
[*][*] 00:24:39 (Robert Arnoux et Oudart)

… puis trois décapotables :

[Image: mirande36-7hommes16.jpg]
[*][*] 00:25:30 (Pierre Feuillère)

… et même une quatrième de dos :

[Image: mirande36-7hommes17.jpg]
[*] 00:26:18

… à moins qu'un fortengo, peut-être…

What a let down! Unexpected misfire signed Yves Mirande. At least, there is a beautiful Hispano to be caught here.

NB : ce n'est qu'à ma 658ème contribution, la présente, et après deux ans et quatre mois d'IMCDb, que j'ai enfin, pour la première fois, utilisé un dvd comme source.

-- Last edit: 2015-09-05 04:12:31

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising