[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

Roads; Kes; I Trapped the Devil; Stephanie Daley; What Lies Ahead; C Me Dance; The Wannabe; La fuga de Segovia; The War Within; Det er ikke appelsiner, det er heste; Naboerne; My Blue Heaven; Supercapitalist; Playmobil: The Movie; The Quiet Arrangement; (more...)

Le rosier de Madame Husson, Movie, 1950 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Dyden belønnes (Denmark)
  • Oskuld sökes (Sweden)
  • The Prize / The Village Virgin (USA)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-06-21 06:53

Quote

Ouah, d'accord, un film de Jean Boyer avec Bourvil dans le rôle d'un benêt d'abord récompensé parce qu'il est puceau, on va pouvoir deviner tout à l'avance en regardant ce…

[Image: boyer50rosier01.jpg]

… Eh bien, pas du tout ! C'est excellent (et les 2 reviewers d'IMDb, quoique chaleureux, me paraissent bien tièdes in retrospect).

D'abord le filmage, s'il n'est pas particulièrement inventif, est très fluide quand il le faut, et les scènes en extérieur sont particulièrement bien soignées. La musique de Paul Misraki n'est pas envahissante. Et puis, surprise, à l'écriture il y a certes bien sûr Maupassant par la nouvelle d'origine mais Marcel Pagnol pour le scénario — qui modifie la nouvelle — et pour les dialogues. On reconnaît sa patte pour ce qu'il a de meilleur, et on le remercie de n'avoir pas fait une marseillade mais quelque chose d'écrit avec variété et en rapport avec les personnages. Rien n'est pesant, ni dans les diverses scènes comiques (plusieurs formes de comique sont employées), ni dans l'émotion et le tragique sous-jacent, et on ne lui en veut pas de son adaptation/transformation de la nouvelle, le travail de Pagnol suivant sa propre logique.

Et tout va pour le mieux puisque les acteurs sont à la hauteur : la petite Pagnol, Jacqueline, dans le rôle d'une bergère hystériquement mythomane, Mireille Perrey en comtesse et dame patronnesse qui "a vécu" et entend vivre encore, Suzanne Dehelly, volcan couvert de neige peut-être, mais quel volcan (quelle actrice !), ou encore une excellente Pauline Carton en mère du benêt Isidore…

… Et puis Isidore, c'est à dire Bourvil. Plus ça va, plus j'admire ce comédien génial. Coup de pot, vous pouvez vérifier "en direct" en regardant ici, sur le site de Marcel Pagnol une scène où Bourvil, après avoir déclaré « … Rosier oui ! Mais conflèfe d'infériorité, non ! » nous prouve, si besoin était, quel act-oh, mais regardez donc. Il y a dans ces deux minutes de quoi bluffer Raimu.

Bref, vous avez compris que je suis extatique de surprise ravie.

En plus, il y a une Packard !

Pour mémoire, un probable Citroën sur la place du bourg :
[Image: boyer50rosier02.jpg][Image: boyer50rosier03.jpg]
[*] 00:10:13 & 39.

Based on short story of Guy de Maupassant, rewritten by Marcel Pagnol. Transformed but not betrayed: the sombre and bitter mood of Maupassant's tale is quite present, right behind the farce, along two thirds of the movie, and suddenly irrupting and disturbing the audience. Then it is completely abandoned for the last ten minutes, giving the movie a funny and happy ending… rather well deserved. The contrary would have been contrived, I do think.

This little comedy is very well crafted, extremely well written and superbly acted. Bourvil was a true great and complete actor. And Jean Boyer could do very good things sometimes, I testify.

PS: filmed in Normandy and in Studio Franstudio, Saint-Maurice.


-- Last edit: 2015-06-21 07:02:33

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising